Affaire DSK - Le Plan d'Ajustement Sexuel de la justice Americaine.

Publié le par FRIADIASPO

dsktraindevie.gifIl ne s’agit pas ici de démontrer la culpabilité ou l’innocence du directeur général du FMI : des confrères plus compétents que moi — et bien mieux payés — s’en chargent. Pas plus que de tenter de démontrer un hypothétique complot, dans un sens ou dans l’autre, mais de décrire et expliquer quelques zones d’ombres dont il fait l’objet cette affaire qui bouleverse le monde de la finance, pour comprendre ce qui se passe et ce qui va se passer. Je précise que je n’ai pas la prétention d’être avocat et prie de plus éminents spécialistes que moi de pardonner mes erreurs éventuelles et approximations probables, et je rectifierai le billet au besoin. La traduction de termes juridiques étant source de confusion, j’utiliserai le vocabulaire approximatif.

Rappelons brièvement les faits : DSK est suspecté (à ce stade, il n’est pas encore accusé, vous allez voir) d’avoir surgi, nu, face à une femme de chambre qui était entrée, croyant la chambre vide, pour la remettre en ordre. Après avoir fermé la porte à clef, il lui aurait imposé une fellation, aurait tenté de lui ôter ses vêtements pour la connaître plus avant, mais celle-ci a réussi à s’échapper. La police, arrivée sur place, aurait constaté qu’il avait quitté les lieux, oubliant un de ses (sept) téléphones mobiles, et a retrouvé sa trace dans la liste des passagers d’un vol Air France pour Paris.

Mr Dominique Strauss-Kahn, ancien ministre français et directeur général du Fonds Monétaire International est inculpé par la police de New York pour tentative de viol sur une femme de 32 ans d’origine Guinéenne ? Qui travaille au luxueux hôtel Sofitel de New York. Le patron du FMI est pressenti comme le favori aux élections présidentielles françaises de 2012. Le samedi, dans l'avion qui devait l'emmener à Paris et conduit devant un juge de Harlem, il a été arrêté pour des fins d’enquêtes ou pour une éventuelle incrimination.

C’est un non évènement diront certains, car les faits ne sont pas nouveaux dans les milieux financiers et politiques New Yorkaise, tous les jours les patrons du Wall Streets se payent les services des femmes de bonnes compagnies (prostituées) pendant les entractes. L’image d’un DSK en plein exercice entouré de deux policiers n’est pas non plus une nouveauté aux Etats Unis, on a vu pire.

Mais les critiques se posent pleines de questions, d’abord sur la forme, disons que Mr DSK bénéfice encore de la présomption d’innocence à cet stade de l’enquête, et ses avocats plaident non coupable.

Si on regarde de plus près, entre l’acte d’agression sexuelle et l’interpellation par la police New yorkaise, il ne s’est pas passé 24h, de coutumes ces genres de faits prends du temps, poser la véracité de l’acte, afin d’écarter toute erreur d’appréciation et de jugement. Et la présomption d’innocence veut que le présumé coupable ne soit pas montré comme la fait la police américaine, une mise à scène digne d’une série américaine. Tout a été fait pour humilier l’homme (menotte, visage grave, distance parcourue entre le commissariat et la voiture, la présence des medias du monde, la voiture non teintées, la garde à vue prolongée). La violation flagrante des droits les plus élémentaires dans une grande démocratie.

La procédure veut qu’on entende le présumé coupable, et puis le relâcher jusqu’à la véracité des charges retenues contre lui. Mais le fait de ne pas ordonner sa libération par caution, pire son enfermement est un vice de procédure, selon la jurisprudence Française.

Aux Etats – Unis, la justice est inquisitoire, et même si c’est le cas on n’est en droit de se poser la question, si la juridiction américaine met les prévenus au même pied d’égalités ? Pourquoi les medias ont eu accès à la salle d’audience ordinaire, seulement le tour "l’affaire DSK"? Si c’est un fait comme tant d’autres, pourquoi un tel lynchage médiatique sur un homme dont l’innocence reste encore à prouver ?

Dans ce cas-ci, rien n’a été, pour celui qui connait le poids de DSK dans les milieux des finances mondiales, l’accusation d’une femme de chambre, de surcroit d’origine étrangère et modeste, ne peut pas faire l’objet d’une enquête diligentée et médiatisée aussi bien que cela.

Qu’est-ce qu’un tel hôtel comme le Sofitel aurait à gagner ? En se basant sur la déclaration d’une employée pour éclabousser le patron du FMI, et qui paye 3000 dollars de nuit une chambre comme le dirait – on ? La suite à 3.000 dollars se dégonfle à 535 dollars après verification? Creusons les méninges !

Toujours dans la même logique, si le présumé est reconnu coupable, et les 7 chefs d’accusations contre lui s’avèrent plausibles, il risque 75 ans de prison et une bonne période d’inegibilité.

 

A qui profite le crime ? A Nicolas Sarkozy, diront certains, qui verrait d’un bon œil le candidat le plus à le battre aux prochaines élections présidentielles, (à rappeler que les premières nouvelles de l’arrestation de DSK a été twitter par un jeune proche de l’UMP, qui aurait eu vent de la nouvelle par le biais d’un ami, qui à son tour l'a eu à travers un ami qui travaille au fameux hôtel Sofitel ? Curieux.

 

Ou bien, les faucons du Wall Street qui verraient le retour d’un des leurs à la commande de la finance mondiale ? Dans ce cas, ce sont les ténors de Wall street qui risquent gros. En effet, si on analyse la situation économique des USA, on peut se demander si évincer DSK avant sa réunion très importante au FMI, ainsi que les décisions importantes Pro Européennes qu'il devait prendre, ne permettait pas à ceux-ci de fomenter une attaque contre l'Europe ? On se demande.

 

A rappeler que le numéro 2 du FMI est un américain, qui assume l’intérim, et selon des sources sures, l’institution mondiale n’a pas souhaité soutenir son patron, d’après le FMI, il n’était pas à New York dans le cadre de ses missions, donc il ne pourra pas bénéficier d’immunité diplomatique, selon la jurisprudence américaine? très curieux encore.

Une police new-yorkaise très diserte, sur le fond il y a tellement d’incompatibilité dans les déclarations de la police, selon l’AFP Dominique Strauss-Kahn a effectué les formalités pour quitter sa chambre du Sofitel de New York entre 12h28 et 12h38, alors que la femme de ménage qui l'accuse y était entrée vers midi. La source a précisé qu'une fois le "check out" fait, il était impossible de regagner la chambre, la carte d'accès étant démagnétisée, samedi, a indiqué à l'AFP une source au sein du groupe hôtelier Accor.

Selon elle, Dominique Strauss-Kahn s'est rendu six fois en dix-huit mois dans l'établissement new-yorkais, dont cinq fois en 2010. C'était son premier séjour cette année, Initialement, il n'était pas prévu que DSK occupe cette suite, mais a bénéficié d'un surclassement car elle était libre, a précisé la source. Dominique Strauss-Kahn n'était "pas un habitué de cette suite", pas plus que la femme de ménage qui l'accuse n'y était spécifiquement affectée, a-t-on ajouté.

Par ailleurs, Accor va publier un communiqué pour démentir les affirmations de Bernard Debré(UMP) selon qui DSK se serait déjà "livré à des agressions sexuelles, dans ce même hôtel de New York", mais que ces agressions sexuelles "auraient été passées sous silence par la direction contre l’avis des employés".


C'est une source au sein du groupe hôtelier Accor citée par l'AFP qui l'affirme, la version des faits de la police New Yorkaise (NYPD) a récemment changé. Le NYPD situe le crime à 12h environ, au lieu de 13h auparavant, selon les observateurs ? Curieux.
Comme il est de coutume dans ce genre d'affaire la victime présumée n'a pas été identifiée. Initialement, elle fut décrite comme une portoricaine, et puis une guinéenne ensuite, elle serait mère d’un enfant et puis deux enfants ? Et d’apres les sources elle s’appelle Ophélia.

DSK a comparu devant la juge Melissa JACKSON pour écouter les charges retenues contre lui, il a plaidé non coupable, pour cette première comparution, le tribunal juge nécessaire de placer DSK en détention préventive. Selon l’agence REUTERS, le parquet de New York dit enquêter sur une autre affaire sexuelle qui aurait pu inquiéter Dominique Strauss-Kahn.

Le parquet de New York dit que les rapports des experts corroborent les accusations de la plaignante, selon Reuters. Et que la vidéo de DSK sortant de l’hôtel avait l’air d’une « fuite » ? Pour un homme de cette taille, selon la défense avait un rendez-vous très important, cela expliquerait son empressement.


L’accusation par contre évoque la fuite de DSK, en ces termes  « Si Dominique Strauss-Kahn retournait en France, nous ne pourrions pas le forcer à revenir aux Etats-Unis", dit le parquet de New York pour justifier le placement du directeur général du FMI en détention préventive, selon Reuters. L'avocat de Dominique de Strauss-Kahn rejette les accusations et demande la libération sous caution de son client, mais la suppléante Melissa Jackson juge nécessaire de ramener celui qui était jusque le samedi 14 mai le patron du FMI, en prison.

La version des faits de Dominique Strauss-Kahn, ainsi que sa ligne de défense, n'ont pas été dévoilés lors de cette audience. Son avocat Benjamin Brafman a d'ores et déjà annoncé que des témoins seront présentés pour soutenir sa défense devant le jury populaire le 20 Mai prochain.

wait and see !

Publié dans Analyse

Commenter cet article

kalil kaba 18/05/2011 14:35



L'on est en droit de se poser la question à qui profite cette affaire?