Guinée: "Pile ou face ?"

Publié le par FRIADIASPO

Une synthèse de Bouba Bayo, article publié le 19/12/2010.

 

boubaMis à nue et à part la force démoniaque de la recrudescence guerrière sous quelques formes que ce soit et quoi que l'avenir de la nation semble se jouer à pile ou face, une logique âprement remise en cause, m'incite à voguer à élucider mes prises de position et déterminer la proportion que j'entends accorder, à l'expression, "réconciliation nationale", dans mes pensées, et mon approche du dénouement, que connaît l'évolution de la Guinée et à laquelle, on semble avoir été convié, passifs et stoïques, que l'on est et faiseur d'hommes sans scrupules que l'on a toujours été. Ceci dit, en réprouvant, l'expression même dans le jargon constitutif de la plateforme d'action du nouveau pouvoir, je m'assigne comme vertu et comme morale, la portée et les soubresauts que connaissent dans la plupart des cas, l'évolution historique des nations.

Cette évolution qui s'inscrit en harmonie avec les ressorts idéologiques, culturels et intellectuels de chaque peuple, comporte des facettes quelque fois reluisantes, quelque fois cyniques, allant jusqu'à révéler, dans certaines situations, l'instinct barbare et la cruauté humaine. Partant, ce processus d'évolution, dont il est question, sert de support à exprimer la vitalité d'un peuple et ses desseins imaginaires ou réels, qu'il arborent, pour mieux scruter l'univers du dirigisme, sinon pour mieux s'affranchir de son emprise et se projeter dans une œuvre de contestation vouée à son tour, à rehausser son existence. Vu qu'en Guinée, comme partout ailleurs, en Afrique ou au delà même du continent, on assiste à des montées d'adrénaline, lors qu'il faut extirper le destin collectif de l'univers des indécis et l'arracher sous l'emprise d'une gestion compromettante, disproportionnée, de la dictature, du monopartisme et aux antipodes de la volonté générale et du dialogue pourquoi ne pas dire, qu'à chaque fois, que l'amorce d'une mutation se fait jour, prend vent, cause et effet, et incite les uns et les autres, à joindre, leurs efforts et leur ardeurs, afin de booster hors d'état de nuire, les régimes politiques aux abois, et sur l'autel du déclin, il ne saurait paraître, anodine pour personne en Guinée, de vouloir, inscrire cette montée d'adrénaline, dans la colonne des sacrifices qu'il a fallus consentir pour arriver à bout des régimes voulant s'éterniser contre le gré du peuple, pourvu que ces vies sacrifiées, servent à remobiliser et à forger un idéal collectif fort, débarrassé de la phobie des autres et appelant à dépasser le cadre de la subjectivité, pour bâtir le socle d'une action collective qui se veut uniquement au service du contrepoids de l'œuvre incriminée, dépassée ou remise en cause.

Bien que la force de persistance du passé soit quasi imminente dans les consciences et lourde à supporter et bien que les auteurs de certains crimes, mis en veilles, sont connus, et répertoriés, il y'a une logique qui me paraît dépasser le cadre d'une réconciliation nationale, lors que la justice internationale, nous propose son concours, en sachant que du point de vue de la vérité, la transparence et l'équité, l'impartialité de la justice internationale garantit mieux un devoir de mémoire et de sanction, que n'importe quelle instance, mise en place, à l'échelle locale, pour disons, puiser d'innombrables sommes d'argent dans des caisses déjà vides de l'état au titre de son budget de fonctionnement et qui n'est nullement sure de pouvoir réconcilier, si ce n'est aiguiser la haine et la rancœur, en révélant la vérité et en veillant à susciter l'espoir que les victimes soient ou s'attendent à être dédommagés, tout en imaginant à l'opposé, qu'une commission dite de "vérité et réconciliation", ne sera pas dotée dans son statut, d'un pouvoir de sanction.

En définitive, en scrutant l'évolution, de la Guinée, les plus humbles, ont toujours pris soin de fustiger en temps réel et rendre hommage, à chaque fois, que la conscience, nous l'aura exigé. Loin de mépriser toutes ces vies gâchées, puis que le code de conduite, élaboré à ce propos a été violé, je trouve une nouvelle fois la force de leur rendre, un hommage mérité et les fait vivre dans ma tête comme des martyrs.

Publié dans Analyse

Commenter cet article