Les africain(es) et le net...du désagréable à l'unitilité.

Publié le par FRIADIASPO

4854570580_d04fd0c95d.jpgSi je devais recommencer ma vie, je n'y voudrais rien changer ; seulement j'ouvrirais un peu plus grand les yeux pour constater toutes les misères qui nous entourent. L'être humain est la proie de trois maladies chroniques et inguérissables : le besoin de nourriture, le besoin de vivre et le besoin d'égards, aujourd'hui certains peuples en souffrent. Je paraphrase un peu cet homme humble, Nelson Mandela, dans son livre:''Un long chemin vers la liberté'', qu' Être libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes( entendez ici de vos problèmes et de vos conditions ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres.

 

Nous autres Africains, pour être heureux jusqu'à un certain point, il faut que nous ayons souffert jusqu'au même point, un demi siècle n'est rien dans la vie d'une nation, si elle veut poser les actes pour les générations futures.

 

La vie, c'est peut-être cela, un rêve terrifiant ! comme l'internet de nos jours.

 

Nous sommes libres parce que nous sommes des singularités nées au hasard de l'histoire et du désir d'un continent qui fascine et inquiète. Si chacun pouvait choisir le lieu de sa naissance, certains pays seraient complètement vides de nos jours (sic).
Mais une question me taraude souvent au moment je suis sur mon clavier, entrain de réfléchir et d'apporter mes idées avec d'autres sur les problèmes qui nous entourent. Je me la pose constamment:
Pourquoi  nos jeunes passent autant de temps à établir leurs profils sur les réseaux sociaux, au lieu de se mettre au service d'une cause  ? autant faire de la politique et vos adversaires s'en chargeront.

 

Nous sommes dans une société qui donne à penser que l'on trouve obligatoirement le bonheur, assis derrière son écran, en exhibant des photos qui sont d'une nullité sans égale. Mais elle nous corrompe et nous désoriente.

Aujourd'hui le mot le plus banal est interactif: tout ce qui vous empêche de communiquer avec vos proches, parce que vous passez des heures sur un PC ou portable à surfer sur internet pour mettre  à jour vos réseaux fictifs.

Posez vous la bonne question un jour,quand vous devez aller sur ces réseaux, pour voir qui a fais un commentaire sur vos photos débiles, posez-vous cette question: Puis- je mettre à bon escient mes obscénités sur Internet ?

 

Le réseau des réseaux est le rendez-vous des chercheurs, mais aussi celui de tous les cinglés, de tous les voyeurs et de tous les ragots de la terre. Si, en effet, internet a beaucoup à offrir à qui sait ce qu'il cherche, le même est tout aussi capable de compléter l'abrutissement de ceux et celles qui y naviguent sans boussole.
Certains, en me lisant me traiterons de rabat-joie , j'accepte le concept, car à voir de près, porter la vérité est la seule charge qui redresse bien le dos.
Le monde qui nous entoure est dégueulasse et sordide, et je ne cherche pas à le maquiller comme 99 % des films hollywoodiens.
J'espère un jour ne plus être à la mode pour devenir un classique!!! mais faire semblant qu'un danger n'existe pas, c'est le meilleur moyen de tomber dedans.

Et si on faisais plus que de mettre nos photos et nos semblant de vie morose sur la toile ? Tout le monde peut être beau et médiatique... pourvu qu'on sache à quel dessein ? comme on en voit des  photos de nos jeunes africains  à longueur de journée sur ces supports. Quand on a pris goût à l'exhibitionnisme, c'est difficile de se tenir.

 

Certes, ils permettent à tout le monde d'entrer en contact, d'échanger avec une personne à l'autre bout du monde mais aussi avec son voisin. Et c'est là que ça se complique, facebook et les autres sont trop présent dans la vie des utilisateurs. Avant on demandait son numéro de téléphone, maintenant c'est son facebook. On préfère passer des heures devant son pc (ou mac ) à échanger des photos, des anecdotes  bidons en tous genres, alors qu'on pourrait bien souvent le faire autour d'un ideal à defendre ...ainsi des sites voulant rapprocher, éloignent les gens ?!
Vous allez me dire que ça dépend de son utilisation. C’est vrai.
 

 

Ensuite,on peut contrôler ce que nous mettons sur notre page. Mais on ne peut pas contrôler ce que nos contacts mettent sur leurs pages nous concernant. En bref, pour répondre à la question: je pense que les réseaux sociaux "pour le fun", permettent aux jeunes (et aux moins jeunes d'ailleurs) de se réfugier, de se créer presque une seconde vie qu'ils pensent contrôler au détriment de la vie réelle. Est-ce un besoin actuel ? si oui, il serait intéressant de savoir pourquoi ce désire de dévoiler son intimité, sa vie personnelle à tout le monde ?

Le virtuel nous procure t - il  une sorte de protection qui évite le contact direct avec autrui et donc facilite la mise en relation. Est-ce qu'il faut voir en cela un manque de confiance en soi qui nous rendrait moins audacieux ? Ou faut-il tout simplement expliquer ce phénomène de par la complexité de notre société dans laquelle chacun de nous à besoin de se rassurer par rapport à ses choix, et donc de bâtir une "confiance" sur des recommandations, comme en occident ?

Dans tous les cas, et fort heureusement, la réalité prend le relais à un moment ou à un autre. C'est d'ailleurs à ce moment-là que l'on peut juger du véritable portrait de nos jeunes pour apprécier l'adéquation avec le laissé paraître qu' il nous donne sur leurs profils.

La detresse de nos sociétés est tout aussi visible dans la ligne et le visage de ses  jeunes d'un ''nouveau temps '' qui vivent en occident et en afrique, que dans le corps squelettique d'un enfant du Darfour. La même cruauté se lit partout si on sait la voir.

 

Nous autres, mordus d'informatique, préférons par-dessus tout passer notre temps à bidouiller nos ordinateurs, plutôt que les utiliser pour faire quelque chose de rentable. La mondialisation, c'est bien... l'internet, les téléphones portables, les ordinateurs... toutes ces choses qui ne concernent pas la moitié de la planète !

 

Internet doit être pour tous un espace de liberté et de sécurité, un terrain d'expression libre, mais responsable.

Le peuple n'a jamais eu autant de pouvoir que sur internet, mais qu'est ce que vous en faite de ce pouvoir ?

 

La société de l'information, dans sa globalité et son approche planétaire des phénomènes, porte en effet les mêmes dangers que les autres activités humaines, dont toutefois elle peut décupler les effets.

À l'heure où les élites des Etats-Unis et d'Europe sont fascinés par les profits colossaux en créant exactement ces genres de plateformes comme,facebook,twitter,myspace,skyblog  pour nous autres PC... Petits Cons, d'autres étalent tout simplement leur vie pour faire profiter les mêmes qui en ont déjà .

 

Ces réseaux doivent nous permettre de se solidariser autour d'un objectif qui améliore la condition humaine.
Redouté par les uns et adulé par les autres, le réseau des réseaux présente un double visage : à la fois un danger et un vecteur de liberté. Il sera à l'économie du 21è siècle ce que l'essence fut au 20è siècle.

La puissance des ordinateurs c'est l'essence d'internet si on sait ce qu'on en fait.
Ainsi il représente une menace pour ceux qui savent et qui décident. Parce qu'il donne accès au savoir autrement que par le cursus hiérarchique.
 

 

Nos jeunes africains d'ici ou d'aileurs sont amenés à mon sens, à trouver une alternative sociale à la vie de tous les jours: la vie de famille, la migration, le mirage de l' occident..., que cette vie de tous les jours leur permettent ou non de s'exprimer librement et se faire reconnaitre. Les utilisateurs de ces réseaux sociaux en occdent peuvent etre des vrais catalyseurs comme d'autres supports mediatiques, dans le sens qu'ils contribuent à donner une autre image que meme l' occident refuse d'envoyer au pays pauvres pour juguler leur flux migratoire.

 

Modio, bruxelles

 

Critique/Blogueur

 

 


Publié dans Zoom

Commenter cet article

Fifi Bangoura 03/08/2010 12:28



Courageux comme article, je crois entendre un discours de Patrice Lumumba ou de Sekou Toure, oui il ya beaucoup de verites crues dans cet article et avec tous ces sites "trompeurs" pour les
jeunes, ca m etonnerai que tu sois entendu, courage !