Les langues africaines au secours du developpement.

Publié le par FRIADIASPO

100-0205.JPGLes linguistes s'entendent pour dire que les langues sont porteuses d'identité. " La langue, c'est l'être humain ", estime Salamatou Sow, une ethno-linguiste à l'Université de Niamey qui œuvre en faveur de l'enseignement primaire en langue maternelle en Afrique. " Si on veut toucher quelqu'un, il faut le toucher à travers sa langue maternelle. Tout notre héritage, nos représentations et sensibilités profondes, nous les avons reçus en même temps que le lait maternel. "

Dans son extrait ''Esthétiques de la langue Française'' le célèbre RÉMY DE GOURMONT disait ceci: Autant dire que nous ne savons plus notre langue et qu'à force d'apprendre celle des autres peuples, nous avons laissé la nôtre vieillir et se dessécher.

 

Dans cette bataille de civilisation linguistique entre le Français,l' anglais, l'espagnole, l'Afrique se retrouve encore dans les tourbillons de ces langues venues d'ailleurs, dont nous nous efforçons avec les pures difficultés à manier, et que nous ne maitrisons pas.

Pour nous autres africains parler le français et l'anglais serait une forme de reconnaissance sociale de nos jours, une forme de supériorité, alors que nous connaissons à peine nos propres dialectes.

Avec la mondialisation sont venues des idées importantes sur la valorisation de la culture. La mondialisation, estime certains linguistes africains, impose avant tout un choix pédagogique en faveur de l'enseignement dans les langues africaines. A cet égard, l'expérience du Burkina-Faso est concluante: des écoliers qui ont été introduits au français en 3e année seulement obtiennent de meilleurs résultats que ceux qui ont reçu l'enseignement en français seulement.

les langues nationales doivent servir à l'enseignement supérieur des disciplines scientifiques pour ainsi devenir d'importants outils pour le développement. " Il ne s'agit pas seulement de parler une langue, mais il s'agit surtout de s'en servir pour des fins de développement, que les acquis scientifiques de dernier niveau soient mis à la disposition de la population, sinon l'agriculteur par exemple sera toujours en dehors du progrès estime le professeur Hounkpati christophe CAPO , specialiste des langues gbe au Benin.

Pour faciliter ce processus et assurer le rayonnement et la longévité des 500-2000 langues parlées sur le continent africain, plusieurs linguistes s'accordent et tentent de définir les langues dans leurs contours régionaux. " Les familles de langues doivent être traitées comme langue unique avec leur propre orthographe. " Ils travaillent notamment au développement de systèmes orthographiques communs pour les grandes communautés linguistiques. Il est même question de créer une " méta-langue " africaine pour les termes scientifiques.

 

Les langues nationales sont aussi d'importants instruments de démocratisation. Le défi pour les politiciens africains, c'est de pouvoir communiquer et expliquer les enjeux de la gouvernance aujourd'hui. " Le politicien qui ne peut pas communiquer aux populations ne peut pas prétendre faire une action démocratique. " des enquêtes le démontrent : " Il y a des politiciens qui vont dans les villages, qui font des discours soit en français ou en anglais et qui cherchent des interprètes pour traduire leur message, c'est une politique démocratique sans issues. "estime l' enseignante-chercherur, de l' universite de Niamey, specialiste en langue pulaar, Madame Sow de se demander si l'on peut comprendre les gens que l'on n'entend pas.

Alors que des langues comme le swahili continuent de prendre de l'ampleur sur le continent, c'est une illusion, selon les linguistes, de penser que les sciences universelles seront acquises à travers le français et l'anglais.

''j' ironise les propos de Claude GAGNIERE: Un homme qui parle trois langues est Africain. Un homme qui parle deux langues est Africain. Un homme qui ne parle qu'une langue est anglais ou français.''

 

 

Camara I. Mady

Consultant au Bureau Internatinal du Travail, Geneve

Administrateur adjoint du site friadiaspo.


Publié dans Culture

Commenter cet article