Vers le « basculement de la richesse »

Publié le par FRIADIASPO

L’OCDE publie son rapport sur les « Perspectives du développement mondial 2010 »

L’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) s’est attelée à une lourde tâche : comprendre les dynamiques changeantes de l’économie mondiale au cours des 20 dernières années. Dans ce premier volume de Perspectives du développement mondial intitulé Le basculement de la richesse, publié ce mercredi, l’OCDE s’interroge sur le déplacement du centre de gravité économique des pays développés vers les pays en voie de développement et ses conséquences. Un phénomène qui pourrait offrir de belles perspectives au continent africain.

L’OCDE semble optimiste quant à l’avenir économique des pays en développement. C’est du moins ce qu’elle laisse paraître dans son dernier rapport annuel Perspectives du développement mondial : le basculement des richesses, publié ce mercredi. Selon le rapport, les pays émergents ainsi que ceux en développement devraient représenter près de 60% du PIB mondial d’ici 2030, grâce à un mouvement de basculement de la richesse. La crise financière et économique a modifié la structure de l’économie mondiale, déplaçant ainsi le « centre de gravité économique de la planète (...) vers l’est et le sud, des pays de l’OCDE vers les pays émergents », explique l’OCDE.

Comprendre comment l’essor économique de grands pays en développement tels que la Chine ou l’Inde ont un impact économique sur la pauvreté du reste du monde a été l’un des objectifs de ce travail de longue haleine. Pour cela, le rapport détaille les nouvelles structures de répartition des biens au sein de l’économie mondiale et met en exergue le renforcement des relations Sud-Sud.

« Ce texte est un rapport phare sur le plus grand récit économique de notre époque. Il démontre que le basculement du centre de gravité économique est une source d’optimisme, plutôt que de consternation », relativise Alan Hirsch, Directeur adjoint de la Coordination politique et des Services de conseils à la Présidence de la République de l’Afrique du Sud.

Le déplacement de la richesse : du gagnant-gagnant ?

Selon Pierre-Noël Giraud, professeur d’économie à l’école Mines ParisTech, le développement économique du continent africain est inextricablement lié aux investissements étrangers et à l’installation de grandes firmes internationales dans certains pays d’Afrique. « C’est ensuite aux gouvernements locaux de faire en sorte que les richesses créées par ces pôles d’activités soient diffusées dans le reste du pays. Et c’est principalement ces difficultés de diffusion qui rendent nécessaire la coopération Sud-Sud, c’est-à-dire les interactions croissantes entre les pays en développement à travers le commerce, entre autre », a-t-il expliqué lors de la conférence de présentation du rapport ce mercredi. Une coopération qui semble progressivement porter ses fruits puisqu’en 2008, 146 milliards de dollars de marchandises ont été exportés de l’Asie vers l’Afrique pendant que 96 milliards faisaient le chemin inverse.

En 2009, la Chine est devenue le premier partenaire commercial de l’Afrique du Sud. Et la multinationale indienne Tata, par exemple, est aujourd’hui le deuxième investisseur en Afrique subsaharienne. Une implantation viable uniquement si le pays d’accueil possède une bonne gouvernance, estime Pierre-Noël Giraud. « Une bonne gouvernance est indispensable au développement d’un pays. C’est précisément sur ce point que les pays émergents doivent intervenir. Il faut essayer de stabiliser les gouvernances et pour cela, de financer massivement la production de biens publics mondiaux au niveau environnemental, sanitaire et éducatif », a-t-il ajouté.

Une bonne gouvernance que la BAD (Banque Africaine de Développement) dans son rapport annuel sur Les perspectives économiques en Afrique (PEA), publié mardi et réalisé en partenariat avec l’OCDE, juge également indispensable. Après avoir connu une stagnation de son PIB entre 2006 et 2009, le continent africain devrait connaître une croissance moyenne estimée à 4,4 % en 2010 et 5,2 % en 2011, avance le rapport, optimiste. Mais la reprise conjoncturelle actuelle ne conduira durablement le continent sur le chemin d’une croissance élevée et soutenue qu’à condition que les décideurs africains s’attaquent aux problèmes qui existaient avant même la crise mondiale, fait observer le document, et relèvent, entre autres, les défis de la bonne gouvernance politique et économique, de l’amélioration des infrastructures, de la réduction des obstacles au commerce intra-africain, de la lutte contre la corruption et la pauvreté.

Vers la fin de la pauvreté ?

L’évolution de la distribution des richesses semble faire reculer la misère dans le monde, selon le rapport de l’OCDE. « Le déplacement de la richesse a permis à de nombreux habitants du monde en développement de sortir de la pauvreté. Ainsi, en Chine, le taux de pauvreté est passé de 60% en 1990 à 16% en 2005 », stipule-t-il.

Depuis les années 2000, la part des économies non membres de l’OCDE dans la production mondiale s’est fortement accrue. Les pays en développement sont devenus des acteurs économiques importants. Une situation qui n’est cependant pas exempte de problèmes. Viabilité de l’environnement, creusement des inégalités au sein des pays et intensification de la concurrence sont des éléments à prendre en considération dans ce réalignement de l’économie mondiale. Plus qu’une nouvelle géographie économique, ce « basculement de la richesse » est, selon les auteurs du rapport, un réel « bouleversement historique ».

 

 

Source: Afrik.com

Publié dans Economie

Commenter cet article